“Être arc-en-ciel, laisser apparaître vos couleurs”

Réflexes archaïques et Rebozo Manteada

Les réflexes archaïques sont des réflexes présents dès la vie in utéro et qui doivent disparaître pour laisser place aux réflexes de vie. Ils sont la réponse automatique du corps à des stimuli externes ou internes.

Ces réflexes interviennent au niveau cognitif, émotionnel et postural. Ils ont un impact aussi spirituel dans le sens où ils favorisent l’enracinement (c’est-à-dire la relation de notre corps physique avec la Terre et les énergies terrestres).

Ces réflexes doivent suivre un processus naturel pour s’intégrer (= disparaître). Ce processus est composé d’une émergence, suivi d’un développement pour finalement s’intégrer.

Pour diverses raisons qui peuvent être liées tant à la gestation qu’au mode de vie ou aux émotions, ces réflexes parfois ne s’intègrent pas et restent présents. Leurs impacts sur les différentes sphères font que la personne, le bébé ou l’enfant perdent de l’énergie pour compenser leur présence. Le tout les éloignant de leur potentiel. Arrivée à l’âge adulte, généralement on a mis en place différents processus pour compenser la présence d’un réflexe archaïque (ex : les dyslexiques sont des créateurs, très imaginatifs ; les personnes en insécurité établiront un cadre sécurisant pour elle, etc,…).

Un accompagnement en lien avec les réflexes archaïques va être basé sur des intégrations sensorielles, sensori-motrices et motrices. La pratique de ces mouvements va établir de nouvelles connexions au niveau corporel et cérébral. Pour schématiser, une personne ayant un réflexe archaïque non intégré va voir la porte fermée mais trouvera l’idée de passer par la fenêtre (en déployant de l’énergie supplémentaire, mais elle y parviendra). L’objectif de travailler les réflexes c’est de permettre à cette porte de s’ouvrir, un peu, beaucoup puis totalement. Ce processus prend du temps (environ 6 semaines par réflexe, la bonne nouvelle est qu’en jouant sur un réflexe on peut par ricochet travailler un autre selon s’il est en synergie ou pas). L’objectif c’est que la personne devienne à nouveau le Chef d’orchestre de son corps et non que ce soit celui-ci qui joue comme bon lui semble.

L’accompagnement sensoriel est favorisé chez le bébé et le jeune enfant étant donné que la partie motrice n’est pas mûre pour cela. Ce sont des mouvements simples, doux qui vont agir sur les connexions neuronales de la peau, des muscles, des articulations. Chez l’enfant à partir de 6 ans et chez l’adulte on va incorporer des mouvements qui vont aller compléter cet accompagnement sensoriel.

Mais d’autres techniques permettent tout aussi bien de travailler le sensoriel et le moteur.

Le rebozo manteada est une de ces techniques.

Dans les réflexes on retrouve :

  • La notion d’absence de sécurité intérieure (notamment quand cela concerne la sphère émotionnelle). Cela est travaillé avec le rebozo manteada car il favorise un retour à soi, une connexion avec son corps, une sécurité. Trop souvent lorsque l’on est dans une gestion émotionnelle difficile, il est tendance de « quitter » son corps ou de peu l’habiter : c’est parfois trop douloureux de sentir ses émotions et plus faciles de les fuir.
  • Des bercements qui favorisent la détente, la prise de conscience des parties de notre corps. Présents dans le rebozo manteada, ils sont un rappel de la vie utérine et combien parfois cette légèreté et douceur nous manquent dans la vie.
  • La notion d’unité corporelle avec un travail au niveau de toutes les parties du corps et des articulations. Le rebozo manteada met en mouvement les bras, les jambes, le cou et les articulations. Il renoue avec des parties du corps que l’on utilise peu ou pas du tout. Donc avec des parties de nous-mêmes.
  • Le tissu rebozo qui sert à faire ces étirements, a lui aussi un impact corporel dans le sens qu’il densifie la partie bercée et permet son intégration. L’absence d’unité corporelle est souvent retrouvée en cas de réflexes archaïques non intégrés. Parfois ce sont les jambes qui sont très présentes et pas les bras, parfois le corps peut être « scindé » en deux.

Toutes ces raisons font que lors d’un accompagnement réflexe archaïque nous vous proposons un rebozo manteada. Celui-ci peut avoir lieu à partir de 6 ans : le temps est dans ce cas plus court que pour un adulte.

Le rebozo manteada c’est également un accompagnement à part entière pour ritualiser un moment de détente que l’on s’offre. Symboliser une intention, boire une tisane pour activer la circulation corporelle et énergétique.

Puis viens le temps de la relaxation, allongé sur le dos, le corps entouré de tissus rebozos et plaids. La danse maya commence : bercements de la tête, des bras, du ventre puis des jambes. Mobilisations et étirements en douceur pour remettre en axe et en équilibre le corps et ces organes.

Le tissu rebozo est utilisé comment prolongement du corps, il épouse chaque forme pour une sensation d’unité corporelle, de relâchement global. Le rituel se clos par un bercement du corps entier dans son cocon, où la sérénité se ressent dans cette enveloppe presque maternelle, au son des chants traditionnels.

Si vous souhaitez vivre ce moment que vous ayez un réflexe archaïque ou pas, n’hésitez pas à nous contacter.

Si vous souhaitez apprendre le rebozo manteada idem, nous sommes à votre disposition, la formation est prévue en 2023 à Equilibre Formation en Suisse.

Prenez soin de vous.

Hellen et Amandine